Comment clôturer son assurance-vie ?

La clôture d’un contrat d’assurance-vie peut se faire pour de nombreuses raisons. Cependant, il faut tenir compte de toutes les options qui s’offrent à vous afin de connaître les détails de la fiscalité. En effet, les modalités de la clôture du contrat ont un impact sur votre impôt. Alors, faites le bon choix et profitez des meilleurs avantages fiscaux possibles. Il est à noter que pour parvenir à clôturer un contrat d’assurance-vie, vous devez suivre des multitudes de démarches.

Quelle démarche entamer pour clôturer son assurance vie ?

Si vous voulez clôturer votre assurance-vie, vous devez faire une demande, puis l’envoyer sous forme de lettre recommandée à l’ordre de votre assureur. N’oubliez pas d’y accoler votre relevé d’identité bancaire du compte sur lequel les fonds demandés doivent être transférés. Si vous avez l’intention d’effectuer la résiliation de l’assurance par vous-même, vous devez prendre en compte les montants à payer sur les plus-values effectuées. Les fonds vacants sont versés sous forme de revenu ou de capital. Ces derniers sont effectués dans un délai compris entre 15 jours à 2 mois après la clôture. Même si cette opération est gratuite, vous devez quand même payer les taxes correspondantes.

Rachat total ou partiel du contrat d’assurance vie ?

Contrairement aux autres contrats d’assurance, le contrat d’assurance-vie ne prend pas en compte la période d’engagement. Vous pouvez reprendre la somme du capital que vous avez investi à tout moment. Si vous videz totalement votre compte, il est question de faire un rachat total. Cependant, cette option risque de provoquer certains désagréments s’il est effectué avant le terme de contrat. En effet, cela entraîne des pénalités et surtout une taxation considérable sur les plus-values générées. De ce fait, il est conseillé de demander un rachat partiel du contrat d’assurance-vie. Sur ce, une partie du capital versé sera octroyée. De plus, vous garderez une antériorité de ce contrat ainsi que les avantages fiscaux relatifs à cette ancienneté. Le rachat partiel se présente alors mieux que le rachat total.

La fiscalité et le mode d’encaissement

Il est primordial de prendre en compte la fiscalité appliquée, à commencer par un prélèvement forfaitaire libératoire de 35 % si la clôture d’assurance-vie se fait en dessous de quatre ans. Entre 4 et 8 ans, la loi impose un prélèvement forfaitaire de 15 %. Vous bénéficierez du plus grand avantage en matière de fiscalité à partir de la huitième année. En effet, le prélèvement libératoire est estimé à 7.5 % seulement, après un abattement de 9 200 euros pour les couples et de 4 600 euros pour les célibataires. Après avoir pris une décision sur la date de clôture, étudiez bien la mode d’encaissement du capital. À cet effet, vous pouvez encaisser la somme sous forme de rente viagère. De cette façon, vous le recevez par trimestre ou par an selon votre désir. Les restes peuvent ainsi produire des intérêts, en attendant qu’ils soient décaissés à leur tour.

Pour plus d’informations concernant la clôture de votre assurance-vie, n’hésitez pas à demander l’avis d’un courtier en assurance professionnel.